Voyage d'introduction

à Auroville
Tamil Nadu, Inde

Du jeudi 7 février au mardi 19 février 2019


Auroville née en 1968 de la vision de Mère et Sri Aurobindo, arrachée à la terre sèche et aride du Tamil Nadu, tout près de Pondichéry en Inde en bordure d'océan, est aujourd'hui une ville au milieu d'une forêt magnifique et luxuriante de plusieurs millions d'arbres, avec 2500 habitants, 55 nationalités différentes dont la moitié est indienne et 50 000 visiteurs par an.

Répartie entre les villages tamouls sur de grands espaces de terre rouge, elle tente de vivre un rêve d'unité et de rassemblement, avec ses lois propres, plus participatives, coopératives et créatives afin que chacun y trouve une place digne et grandisse en conscience dans un ensemble plus serein et plus harmonieux, participant ainsi à l'évolution d'un monde nouveau, d'un être nouveau, d'une nouvelle ère, au-delà des différences personnelles, sociales, culturelles ou raciales.

Auroville est la ville où s'essaie l'homme après l'homme (voir la vidéo de Satprem), autrement dit un sacré défi, qui force l'admiration et permet tous les rêves.

"J'étais passée comme une flèche il y a 15 ans de cela et n'avais, par manque d'introduction, presque rien vu, et pas compris grand chose. Ayant entre temps été merveilleusement guidée par des amoureux de Mère, par des êtres de foi et de volonté, des bâtisseurs de tous bords, invitée par des pionniers de tous pays, qui ont fait grandir la ville ou l'ont embellie de leur vision créative, j'ai trouvé alors l'Auroville de l'origine, celle de mes rêves, celle qui porte bien son nom, une ville d'aurore et d'or, qui vaut la peine qu'on se batte pour elle et qu'on l'alimente de notre participation intelligente et bienveillante et j'ai voulu ainsi emmener des amis et des proches dans son sillage.

Auroville pour moi, est une ville pionnière, au delà des frontières, réelle en même temps qu'imaginaire, qui a essaimé son idéal d'unité dans les consciences ouvertes d'aujourd'hui.

Ce voyage est donc une invitation :

- A mieux connaître Mère, Sri Aurobindo et Satprem.

- A méditer. Nous prendrons régulièrement place au Matrimandir qui symbolise le centre spirituel d'Auroville, son point de concentration, et nous marcherons sous son banian célèbre qui en est le coeur. Nous visiterons aussi l'ashram de Pondichéry.

- Une invitation à rencontrer des pionniers encore vivants, ceux qui ont suivi le rêve de Mère et commencé à bâtir Auroville.

- Une invitation à la rencontre de leurs oeuvres, leurs créations, leurs entreprises, autour de la santé, de l'éducation, de l'art, de l'architecture, de l'écologie.

- Une invitation à comprendre les liens tissés avec les villages alentours et le croisement des différentes cultures.

- une invitation à goûter un peu de l'épopée religieuse de l'Inde en visitant le temple de Tiruvanamalai, à 100 kms de là, l'ashram de Ramana Maharshi et en nous arrêtant aux fresques épiques de Mamallapuram.

- une invitation à nous faire du bien, à nous baigner dans les eaux fortes du golfe du Bengale, nous offrir des massages, du yoga, du qi qong...au choix parmi les très nombreuses activités proposées sur place.


Ce voyage est en cours de préparation, nous vous en donnerons le détail ainsi que le coût dès que possible.

Nous visiterons entre autres :

Pitchandikulam forest : une réalisation formidable à l'initiative d'un australien génial qui a fait de longues recherches afin de collecter toutes les graines des plantes médicinales de l'Inde et re créer ainsi une foret-parc ethno botanique qui respire la santé, inspire la beauté et la contemplation.
Courriel : pitchandikulam.outreach@auroville.org.in
www.auroville.org/contents/794

Le Dental Center d'Auroville : La clinique dentaire d’Auroville créé à l'initiative du génial Jacques Verré a mis en place des centres satellites dans 11 villages des environs, pour prodiguer des soins dentaires au plus démunis. Son équipe formée de dentistes et de non-professionnels, principalement des femmes, oeuvrent partout avec zèle et générosité, faisant de la prévention le but principal. Les techniques de soins elle-mêmes sont originales (les tables peu coûteuses facilitant les gestes du dentiste et la relaxation du patient) et l'on devrait les reprendre dans le monde entier tant elles économisent les coûts et prennent soin autant des patients que des dentistes. Des formations sont organisées sur place.
Vidéo : Auroville Dental Centre
Courriel : aurodentalcenter@auroville.org.in
Site internet : www.quiethealingcenter.info
Courriel : quiet@auroville.org.in
Tél depuis l'étranger : 0091 413 2622329/646+91 9488084966
Tél en Inde : (0413) 2622329/646 (0) 9488084966

www.auroville-france.org/index.php/2012-05-05-09-36-04/auroville-inde/86-un-reve
www.pavillondefrance.com/index.php/presentation/la-france-et-auroville

Histoire d'une utopie, Auroville :
La présence de la France est importante à Auroville : la communauté française et francophone d'Auroville comprend environ quatre cent cinquante personnes, enfants compris, soit environ 25% de la population totale (en 2014). Plus de la moitié des Auroviliens parle ou comprend le français.
www.pavillondefrance.com


Inscription :
Complétez le bulletin d'inscription en ligne




DVD Auroville, retour sur une utopie :


Mirra, la Mère de Pondichéry :


L'aventure intérieure - interview de Satprem par Jacques Chancel :


L'homme après l'homme - Interview de Satprem :


Darshan de Mère :


Un Rêve texte de MERE en 1954

"Un Rêve. Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : "Il est à moi" ...

"Un Rêve. Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : "Il est à moi" ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde, et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; un lieu de paix, de concorde, d’harmonie, où tous les instincts guerriers de l’homme seraient utilisés exclusivement pour vaincre les causes de ses souffrances et de ses misères, pour surmonter ses faiblesses et ses ignorances, pour triompher de ses limitations et de ses incapacités ; un lieu où les besoins de l’esprit et le souci du progrès primeraient la satisfaction des désirs et des passions, la recherche des plaisirs et de la jouissance matérielle. Dans cet endroit, les enfants pourraient croître et se développer intégralement sans perdre le contact avec leur âme ; l’instruction serait donnée, non en vue de passer des examens ou d’obtenir des certificats et des postes, mais pour enrichir les facultés existantes et en faire naître de nouvelles. Dans ce lieu, les titres et les situations seraient remplacés par des occasions de servir et d’organiser ; il y serait pourvu aux besoins du corps également pour tous, et la supériorité intellectuelle, morale et spirituelle se traduirait dans l’organisation générale, non par une augmentation des plaisirs et des pouvoirs de la vie, mais par un accroissement des devoirs et des responsabilités. La beauté sous toutes ses formes artistiques - peinture, sculpture, musique, littérature - serait accessible à tous également, la faculté de participer aux joies qu’elle donne étant limitée uniquement par la capacité de chacun et non par la position sociale ou financière. Car dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. Le travail n’y serait pas le moyen de gagner sa vie, mais le moyen de s’exprimer et de développer ses capacités et ses possibilités, tout en rendant service à l’ensemble du groupe qui, de son côté, pourvoirait aux besoins de l’existence et au cadre d’action de chacun. En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement basées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité.

La terre n’est pas prête pour réaliser un semblable idéal, parce que l’humanité ne possède pas encore la connaissance suffisante pour le comprendre et l’adopter, ni la force consciente indispensable à son exécution; et, c’est pourquoi je l’appelle un rêve.

Pourtant, ce rêve est en voie de devenir une réalité; et c’est pour cela que nous nous efforçons à l’Ashram de Sri Aurobindo, sur une toute petite échelle à la mesure de nos moyens réduits. La réalisation est certes loin d’être parfaite, mais elle est progressive ; et, petit à petit, nous nous avançons vers notre but qui, nous l’espérons, pourra un jour être présenté au monde comme un moyen pratique et efficace de sortir du chaos actuel, pour naître à une vie nouvelle plus harmonieuse et plus vraie".

LA MERE

Photos

Cliquez sur les photos pour les agrandir